Ce récit historique est l'évocation des hommes et des femmes qui ont participé à cette œuvre et tous ceux qui, par leur action ont réussi, sous des aspects folkloriques, à rendre cette association avant tout philanthropique dans le cadre de l'aide aux enfants déshérités.

Elle naît, un soir d'hiver 1920, sous l'initiative du dessinateur humoriste Joë Bridge. Devant un auditoire composé d'Adolphe Willette, Jean Louis Forain, Francisque Poulbot, Maurice Neumont, Louis Morin, Maurice Millière, Jules Depaquit, il propose, face à l'invasion du modernisme sans limites dans les arts, de créer pacifiquement un mouvement réactionnaire et de fonder "La République de Montmartre".

L'année 1920 devient donc l'An I de la République de Montmartre. Adolphe Willette est élu à l'unanimité président, Jean Louis Forain, Francisque Poulbot et Maurice Neumont nommés vice-présidents, Joë Bridge secrétaire général. Il est décidé de désigner, pour symbole, une Marianne, parmi les petites montmartroises afin d'incarner la jeune république. Une élection est organisée chaque année. 

La RDM se structure et le 7 mai 1921 elle dépose ses premiers statuts.
Le comité directeur est composé de l'équipe précédemment nommée avec pour trésorier Jules Berny. Le siège social est localisé au 1, place du Calvaire, domicile de Maurice Neumont. Il sera, par la suite, transféré au 42, rue Lepic. Dès cette année 1921 (An II) des fêtes sont organisées. Citons : "le Banquet des As", "la Nuit sous la Terreur". Les bénéfices de ces évènements sont importants et Poulbot propose au comité d'en faire don pour les enfants de la Butte. Dès lors, le fruit de ces fêtes sera réservé aux enfants deshérités.
L'inauguration du premier "Noël de la RDM" est effective en 1922 ainsi que la visite aux petits malades de l'Hôpital Bretonneau.

Les fêtes se multiplient. La RDM reçoit la "République de Mulhouse" fondée en Alsace par Hansé et Ziotra. Elle fête les cerises à Montmorency, les asperges à Argenteuil, la Fête des Frites à la Varenne Sainte Hilaire, le Gala Savoyard…

En 1923, Lucien Boyer, chansonnier, compose le texte de l’hymne officiel de la RDM, mis en musique par Borel-Clerc. L'enregistrement de "Mont’là-d’ssus ! Mont’là-d’ssus ! Mont’là-d’ssus ! et tu verras Montmartre" se fait, la même année, avec le comité directeur de la RDM. On peut entendre l’hymne sur la page d’accueil du site : www.republique-de-montmartre.com.

Elle met en application sa devise, qui encore aujourd'hui est sienne, "faire le bien en s'amusant".

Poulbot et sa femme Léona apitoyés par la misère, la faim, l'usure des vêtements, l'état de santé de certains gosses, décident de créer un dispensaire. Celui-ci voit le jour en 1921 au 7, rue Tardieu, puis à la mairie du 18ème arrondissement et enfin au 42, rue Lepic où Arthur Delecroix, patron de la "Pomponnette" offre son poulailler à la place duquel sera construit un vrai dispensaire. Son inauguration aura lieu le 16 mai 1923 sous la présidence d'Adolphe Willette.
Grâce aux subsides des fêtes, cotisations et dons,"le dispensaire des P'tits Poulbots" sauvent des centaines de nourrissons suite aux soins prodigués par de nombreux médecins bénévoles jusqu'en 1937. Hélas, la crise économique aura raison de cette remarquable action. La RDM "tombe en sommeil" mais Poulbot garde espoir. C'est seulement en 1943 qu'il a la satisfaction de voir Lucien Pinoteau, "réveiller" la RDM.

Après avoir mis en place le dispensaire qui assure santé, hygiène, alimentation et vêtements à ses gosses, Poulbot et ses amis peuvent leur offrir des instants de joie et de rêves.

Pour cela de 1921 à 1931 ils organisent des "Arbres de Noël". Ces fêtes, avec spectacles et cadeaux, ont lieu au Moulin Rouge, au Moulin de la Galette ou encore au Cirque Médrano. Les petits malades de l'hôpital Bretonneau ne sont pas oubliés.

Parmi les fêtes les plus célèbres organisées par la RDM au profit de l'enfance déshéritée citons le Carnaval de Granville en 1923, la fête des Fratellini en 1924, le Bal Polin en 1925, la Gare de Montmartre en 1931, la Fête de Madame Leclerc en février 1932, la Fête au village en juin 1932, le Bal des Gars de la Narine en novembre 1932. Rappelons également la Fête Principale qui a lieu en 1929, fête qui aboutie au plus bel exemple de la sauvegarde des sites. En effet, s'opposant à un projet immobilier dénaturant l’esprit champêtre des lieux, Francisque Poulbot, Romain Delahalle et leurs amis de la République de Montmartre créent, à l’angle des rues des Saules et Saint Vincent, un espace vert, dénommé Square de la Liberté, destiné aux enfants de la Butte.
Inauguré avec faste, cet espace de jeux et de joie ne retiendra malheureusement pas l’attention des autorités municipales. Que faire de ce terrain, certes sauvé des promoteurs, mais sans destination précise ? Naît alors l’idée surprenante, si évidente aujourd’hui, d’y planter des vignes !
Ce n'est qu'en 1933 que la Commune Libre de Montmartre, sous l'égide de son maire Pierre Labric, décide de faire aboutir ce projet avec le soutien actif de Poulbot et de la République de Montmartre. Les cèpes de vignes prennent vie sur la Butte. C'est en 1934 que fût réalisé les premières vendanges "modernes"  en présence du Président de la République, Albert Lebrun et sous le parrainage de Fernandel et de Mistinguett.
Depuis lors, chaque année, en octobre, cette frondeuse gageure de la République de Montmartre est devenue la célèbre "Fête des Vendanges du Clos Montmartre" à laquelle participent en compagnie de la Reine des Vendanges, les parrains et marraines (choisis parmi des personnalités tels : comédiens, chanteurs, écrivains …), les confréries bariolées et rythmiques fanfares venues de divers pays.
Depuis plus de 80 ans, en hommage à Poulbot, le ban des vendanges est traditionnellement ouvert par le Président de la République de Montmartre sur ces quelques arpents de terroir, situés entre le Lapin Agile et l’ancienne demeure d’Aristide Bruant, célèbre chansonnier de la butte.
La vigne de Montmartre, dont le cru se nomme le "Clos Montmartre" , est la propriété de la Ville de Paris qui en confie l’exploitation au Comité des Fêtes et d’Action Sociale de Montmartre et du XVIIIème arrondissement. Le "Clos Montmartre", entièrement vinifié, sous contrôle œnologique, dans les caves de la Mairie du XVIIIème, est offert, en échange d’un don au profit des œuvres sociales de l’arrondissement.

Adolphe Willette

Né le 30 juillet 1857 à Chalon sur Marne, fils d'un colonel, il étudie au lycée de Dijon puis entre aux Beaux Arts de Paris dans l'Atelier de Cabanel. Arrivé à Paris en 1882, il se lie d'amitié avec Rodolphe Satis, (créateur du Chat Noir) avec Emile Goudeau, Alphonse Allais, Courteline et celui qui sera son grand ami Steinlen.
Parmi ses principales œuvres encore visibles le fameux "Parce Domine"(1884) aujourd'hui au musée de Montmartre et la fresque monumentale de la salle des commissions de l'Hôtel de Ville de Paris.
Mais c'est son "Pierrot" un peu mélancolique, généreux, sachant rire et pleurer et son adorable "Colombine" qui feront de lui un artiste reconnu. Il reçoit la Légion d'Honneur en1906, puis celle d'Officier de la Légion d'Honneur en 1912. Il est également président de la Société des Droits d'Auteurs lorsque la RDM est fondée en 1920.

Lorsque l'association dépose ses statuts le 7 mai 1921, Willette est élu président. Forain, Poulbot et Neumont sont nommés vice-présidents. Il restera à son poste jusqu'au 14 août 1923 où il démissionnera pour se consacrer à sa famille. Jean Louis Forain lui succèdera. Pendant sa présidence il pose la première pierre du Dispensaire des P'tits Poulbots (œuvre de la RDM) au 42 rue Lepic, le 16 mai 1923. A Montmartre, il est à l'origine de la sauvegarde de l'Eglise St Pierre de Montmartre (la plus vieille de Paris) qui devait être démolie semblant une gène pour sa colossale voisine "La Basilique".
Il décède dans son atelier du 28, rue Lacroix en 1926, entouré de sa jeune épouse et de ses trois filles.
André Warnod écrira "avec Willette s'éteint la dernière flamme qui brûlait sur la Butte, Montmartre meurt avec lui".

Le Renouveau :

Après 9 années de sommeil l'espoir revient avec Lucien Pinoteau (celui qui avait créé l'œuvre des petits poulbots) est nommé président à vie de la RDM par Poulbot le 29 décembre 1945. Lucien Pinoteau, avec un immense dévouement, mène de front la RDM et l'association les P'tits Poulbots et cela jusqu'en 1960 où il tombe gravement malade. Il demande donc à son fils, Claude, de reprendre en mains les P'tits Poulbots et à son ami Marcel Bouhébent, la RDM. La présidence de celui ci sera éphémère puisqu'en 1961, c'est Emile Kerambrun qui est élu président de la RDM dans la plus pure tradition républicaine. Celui que les Montmartrois appellent "Kéké" possédait le "Tir Bouchon" célèbre cabaret des années 50 qui est situé en face de la « La Bonne Franquette ». Il s'attache pour le prestige de la Butte à faire une large part au tourisme afin de mettre en valeur les ressources artistiques et culturelles de Montmartre. Il est nommé directeur du Tourisme de Montmartre et président du Comité des Fêtes de la Butte et est à l'origine du baptême de la rue Poulbot le 16 mai 1968. Avec Kerambrun, la RDM étend ses activités en France et à l'étranger. Après plusieurs réélections "Kéké" demeure président de la RDM jusqu'au 8 novembre 1972, date de son décès.

Maurice His

Son successeur, Maurice His (qui organisait "les Folles Nuits de Montmartre" dans son restaurant cabaret La Bonne Franquette dans les années 50/60) a été élu président de la RDM le 24 février 1973, face à Anne-Marie Carrière. Il redonne à la RDM une renommée, non seulement montmartroise mais également mondiale. Il innove en dotant les adhérents d'une tenue qui avait fait la réputation d'Aristide Bruant, tenue qui encore, aujourd'hui, distingue la RDM des autres associations. Il multiplie les intronisations, les jumelages et continue les Noëls aux enfants malades de l'Hôpital Bretonneau. C'est le premier mai 1973 qu'il institue avec Jacques Chirac, Maire de Paris et Député de la RDM, la coutume d'offrir du muguet au Maire de Paris. En 1983 Maurice, fondera la Commanderie du Clos Montmartre, installe celle-ci dans l’ancien château d’eau situé au 9 bis, rue Norvins (18ème), grâce à l’appui de ses amis Alain Juppé et de Joël Le Tac. De 1977 à 1983 il est officier municipal puis président du Comité des Fêtes du 18ème arrondissement. Durant sa présidence, le prestige de la RDM est au plus haut jusqu'à son décès, le 14 novembre 1993.
Depuis le 22 janvier 1994, jour de la Saint-Vincent, ses cendres reposent dans les vignes du Clos Montmartre, dans le petit enclos de la Statue Saint-Vincent, où un hommage lui avait été rendu en présence de Roger Chinaud, Sénateur-Maire du XVIIIème et de nombreuses confréries.

Suzanne Denglos-Fau

Le 8 mars1994 le flambeau de la RDM est assuré par Suzanne Denglos Fau, femme de lettres et poète sachant manier le verbe et l'humour. Membre Fondateur de la Commanderie du Clos Montmartre, durant les 8 années de sa présidence à la RDM., elle multiplie les activités mises en place par Maurice His : jumelages, parrainages, pactes d'amitié, galas, missions de consulats et d'ambassades.
Elle crée la "Fondation du Prix du Président de la République" décerné à un artiste ou créateur de talent notoire.
Les subsides des manifestations vont à certaines œuvres telles : les Papillons Blancs, les P'tits Poulbots, mais aussi aux repas des anciens. En 1995, la RDM reçoit la Médaille d'Or du Mérite et du Dévouement français. Mme Denglos Fau décède le 12 février 2002.

Jean-Pierre His

Le 23 mars 2002 au cours de la réunion du conseil des Ministres de la RDM, Jean Pierre His est élu président après avoir été Député depuis 1974 et Ministre des Archives de 1995 à 2002.
Fils de Geneviève et Maurice His, et emprunt des valeurs des fondateurs, il renoue avec les "noëls à la Poulbot" grâce à lagénérosité de M. Gilbert Edelstein, Président du cirque Pinder, qui offre à la République de Montmartre 5000 places en période de Noël. La RDM redistribue ces places aux enfants du 18ème et d'Ile de France. En 2003, il crée la "Fête Nationale" et la première "Biennale du LIVRE de la RDM", cette mème année il crée le nouveau logo de la RDM, représentant le chapeau et l’écharpe rouge d’Artiste Bruant, qu’il utilisera sur la nouvelle Bannière de la RDM qu’il a dessiné. Toujours la mème année, Jean-Pierre propose au Président du Conseil Général de l'Oise, Jean-François Mancel de faire connaitre Poulbot aux Isariens, une exposition comprenant 150 œuvres originales, gravures, affiches et lithographies ont été exposées du juin au 28 août 2003 grâce à Jean-Claude Gouvernon. En 2004, il obtient de la ville de Paris une petite parcelle dans les vignes du clos Montmartre afin d'y planter du muguet. Le 16 avril 2004 a lieu la cérémonie de cette plantation en présence des Ministres de la R.D.M. La même année il crée la "Biennale des Artistes peintres, sculpteurs et photographes de la RDM" puis il reprend la réélection de la Marianne (qui sera celle de l'An LXXXIII)  ainsi que les repas aux anciens de Montmartre et aux anciens de la RDM. Il crée en 2004 le site internet republiquedemontmartre.com. Il créa aussi, en 2005, le 1er Tournoi de Golf au profit d’Action contre la Faim. Enfin, en 2006, il met en place le concert annuel au profit d’une association Montmartroise.
Digne successeur de son père, Jean-Pierre HIS pérennise la célèbre devise de la RDM "faire le bien dans la joie".

Le 15 juin 2013, la République de Montmartre a été jumelée avec le Clos Gerberoy à Gerberoy (Oise), village classé parmi les plus beaux villages de France. Les vignes ont été créées en 2004 par Jean-Pierre His, ancien Président de la République de Montmartre avec l'ancien Maire Honoraire de Gerberoy Louis Vallois et Étienne Le Sidaner le petit fils du peintre Henri Le Sidaner dont le magnifique jardin labellisé "Jardin Remarquable" surplombent Gerberoy.

Depuis le 5 mai 2012, Alain Coquard préside avec talent et gentillesse cette belle institution, qui est une des plus anciennes de Paris. Grâce à Patrick Fracheboud propriétaire de la Bonnne Franquette la République de Montmartre a son siège dans ce Restaurant historique, qui fût pendant plusieurs années la maison familiale de Jean-Pierre His.

                                                Jean-Claude Gouvernon, Ministre de la RDM, du Patrimoine Historique de Francisque Poulbot
                                                                                     Jean-Pierre His, Président Honoraire

Les anciens présidents de la République de Montmartre

Adolphe WILLETTE  1920/14/08/1923, Jean-Louis FORAIN  1923 à son décès 11/07/ 1931, Henri AVELOT 1931/1934,
Lucien Pinoteau  29/12/1943 /1960, Marcel BOUHÉBENT  1960/1961,  Émile KÉRAMBRUN 1961 à son décès 8/11/1972,
Maurice HIS  24/03/1973 à son décès le 14/11/1993, Suzanne DENLOS-FAU  8/03/1994 à son décès 12/02/2002.
Jean-Pierre HIS 23/03/2002 au 23/09/2006, Jean-Marc Tarrit 23/03/2006 au 05/05/2012, Alain Coquard président depuis le 06/05/2012

7 mai 1921 - 7 mai 2021
CENTENAIRE de la RÉPUBLIQUE de MONTMARTRE

Les anciens présidents de la République de Montmartre

Adolphe WILLETTE  1920/14/08/1923, Jean-Louis FORAIN  1923 à son décès 11/07/ 1931, Henri AVELOT 1931/1934,
Lucien Pinoteau  29/12/1943 /1960, Marcel BOUHÉBENT  1960/1961,  Émile KÉRAMBRUN 1961 à son décès 8/11/1972,
Maurice HIS  24/03/1973 à son décès le 14/11/1993, Suzanne DENLOS-FAU  8/03/1994 à son décès 12/02/2002.
Jean-Pierre HIS 23/03/2002 au 23/09/2006, Jean-Marc Tarrit 23/03/2006 au 05/05/2012, Alain Coquard depuis le 06/05/2012

7 mai 1921 - 7 mai 2021
CENTENAIRE de la
RÉPUBLIQUE de MONTMARTRE

Albums photos : 1944 à 1970

Les albums de 1971 à 1974 sont en cours de réalisation, ils seront en ligne à partir du début juin et d'autres albums suivront.

Les albums de 1971 à 1974 sont en cours de réalisation, ils seront en ligne à partir du début de juin et d'autres albums suivront.

Réalisation
Photographies N&B Maurice Berton (décédé en 1975)
Numérisation des négatifs N&B : Chantal Kerbellec, Secrétaire général 2006 à 2010
Jean-Pierre His pour la conception des sites, gerberoy.net et closgerberoy.fr

Voir les Abums photos sur ordinateur et tablette

Facebook Twitter Email